PROGRAMME 
 CARL PHILIPP EMANUEL BACH 

Les trois quatuors pour pianoforte, flûte, alto et violoncelle de CPE Bach témoignent d’une modernité poignante et lucide, celle d’un compositeur parvenu à la fin de sa vie, à se départir enfin et définitivement de l’ombre tutélaire ô combien présente de son père. Les adagios surtout concentrent avec une densité exceptionnelle la douleur d’un siècle qui s’achève : s’il est souvent tendre et suave, le chant qu’ils exposent se teinte déjà de cette gravité dont sera empreinte toute la musique romantique allemande.

La sonate pour flûte et violon, quant à elle, oscille entre deux mondes, le profane et le sacré. Les deux lignes mélodiques du premier mouvement, présentent en effet un contrepoint proche de celui des flûtes du « Qui Tollis » de la messe en la majeur de JS Bach, où les tensions délicieuses des dissonances préparées ajoutent au caractère pathétique de la contrition.

Les deuxième et troisième mouvements sont quant à eux résolument enjoués et virtuoses, et s’inscrivent tout à fait dans les développements aisés et souriants d’une musique dite galante, dont la légèreté ni la suavité n’empêchaient la profondeur de langage d’un temps où l’aristocratie se mesurait aussi à la délicatesse, au raffinement de la pensée, à la justesse du goût.

La sonate pour flûte seule, en la mineur, est présentée ici dans une transcription pour violoncelle, alchimie de timbres que le compositeur lui-même cultiva maintes fois, donnant aussi de ses concerti pour flûte et orchestre une version pour violoncelle. Elle consiste en trois mouvements, un adagio et deux allegro et s’articule selon les principes ambitieux d’une écriture monodique où les contraintes organologiques, non seulement n’empêchent pas le développement d’un langage harmonique riche et varié, mais en imposent la couleur et la puissance à la faveur de phrases aux courbes tour à tour lisses et rompues, comme si les deux dimensions consubstantielles – horizontale et verticale – de ce discours étonnant, prenaient conscience l’une de l’autre et interagissaient à mesure qu’elles s’étirent au gré de leur temporalité avant de se risquer enfin à l’acuité de notre écoute, silencieuse et recueillie.

 
 SOLO, DUO ET QUATUORS 


 Quatuor en la mineur Wq 93 (H537)
I. Andantino - II. Largo e sostenuto - III. Allegro assai
Quatuor en ré majeur Wq 94 (H538)
I. Allegretto - II. Sehr langsam und ausgehalten - III. Allegro di molto
Quatuor en sol majeur n°3 Wq 95 (H539)
. Allegretto - II. Adagio - III. Presto
Sonate pour violoncelle seul Wq 142 en la mineur (1747)
I. Poco adagio - II. Allegro - III. Allegro
Duet en mi mineur Wq 140 pour flûte et violon (1748)
I. Andante - II. Allegro - III. Allegretto

CONCERT DE PRÉSENTATION DU CD
 
   16 DÉCEMBRE 2014 - ARSENAL DE METZ (57) - 20h 

 RÈSERVER EN LIGNE 
 TOUTES NOS DATES DE CONCERT 

 
 LES 
 CURIOSITÉS 
 ESTHÉTIQUES 
  PROGRAMME    

 LES CURIOSITÉS ESTHÉTIQUES 
 Vous souhaitez 
 adhérer à l'association ? 


Nous vous répondrons par retour de mail.
NOM ET PRÉNOM
EMAIL
 
 
 
 

© Les Curiosités Esthétiques 2014
digital Fondation 102

HAUT DE PAGE